ImprimerTaille du texteTaille du texteTaille du texte

Actualités


< Retour

21 novembre 2016

Aide financière de près de 600 000 $ pour l’école secondaire Louis-Joseph-Papineau

Le député de Papineau, M. Alexandre Iracà, annonce, au nom du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable du Plan Nord et ministre responsable de la région de la Côte-Nord, M. Pierre Arcand, l’attribution d’une aide financière de 595 922 $ à l’école secondaire Louis-Joseph-Papineau de la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées. La subvention accordée provient du Programme de biomasse forestière résiduelle, financé par le Fonds vert dans le cadre du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques.

« Le projet de la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées est un bel exemple de mesure de conversion énergétique vers la biomasse forestière résiduelle pour la région de l’Outaouais. Je suis très heureux d’annoncer le soutien du gouvernement au virage vert emprunté par l’école secondaire de ma circonscription », a déclaré le député Iracà.

Le projet consiste à installer une chaudière à la biomasse forestière résiduelle (granules de bois) sur le réseau d’eau chaude pour remplacer l’utilisation des deux chaudières au mazout léger et en partie celle de la chaudière électrique existante. Cette dernière continuera à servir de système d’appoint lorsque la demande sera plus grande que la capacité de chauffage de la chaudière à la biomasse forestière résiduelle.

Ce projet réduira de près de 217 850 litres la consommation annuelle de mazout léger de l’école, diminuant par le fait même ses émissions de gaz à effet de serre de 579,8 tonnes. Cela équivaut à retirer 170 véhicules légers des routes annuellement.

« Le projet de l’école Louis-Joseph-Papineau est sans contredit un modèle pour les autres établissements du réseau scolaire québécois. En améliorant ses procédés et en installant des appareils et de l’équipement moins polluants et plus efficaces, cet établissement réduira ses frais d’exploitation tout en réduisant aussi considérablement ses émissions de gaz à effet de serre et en participant concrètement à la transition énergétique du Québec », a déclaré le ministre Arcand.

« Grâce au Fonds vert, dont les revenus sont principalement issus du marché du carbone, le gouvernement soutient la société québécoise dans sa transition vers un monde plus sobre en carbone. En plus de favoriser la relance et le développement durable de notre économie, cette mesure concrète, qui s’inscrit dans notre Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques, nous permet de lutter, ensemble, contre les changements climatiques afin d’assurer une qualité de vie à nos enfants. Faisons-le pour eux! », a pour sa part affirmé M. David Heurtel, ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

À propos de la Politique énergétique 2030

La Politique énergétique 2030 présente une vision rassembleuse et des cibles ambitieuses illustrant les progrès que tous les types de consommateurs, du citoyen à l’entreprise, sont invités à accomplir et dont ils bénéficieront directement. Elle indique comment le gouvernement accompagnera le consommateur dans toutes les étapes de la transition énergétique annoncée. C’est un pacte énergétique que le gouvernement propose pour opérer une transformation majeure du portrait énergétique québécois à l’horizon 2030.

À propos du Programme de biomasse forestière résiduelle

Financé par le Fonds vert, le Programme de biomasse forestière résiduelle a pour but de réduire les émissions de GES et la consommation de combustibles fossiles tout en valorisant la biomasse forestière résiduelle à des fins énergétiques. Il permet également de soutenir le développement d’infrastructures et de réseaux de distribution de la biomasse forestière résiduelle au Québec.

< Retour


Partager cette page

Ecomobile.gouv.qc.ca

Consultez l'offre complète en efficacité énergétique au Québec

Posez vos questions